Bienvenue chez Photopaper !

Maison d'édition • Magazine collaboratif • Photographie et réflexion • Festival photographique l'œil urbain


Les nouveautés à la Une !

 


Nouveauté

"Sur la route du sacrifice"

Yan Morvan 

 

"Sur la route du sacrifice" de Yan Morvan

 

Edition limitée 
Format : 80 x 120 signée par l'auteur

Livré sous carton // cadre non inclus
Disponible à partir du 10 décembre 2020 (Frais de port offert jusqu'au 10 décembre 2020)



Nouveauté

à Trente-huit kilomètres

Lionel Antoni

 

Au printemps 2016, la village de Vert-le-Grand a confié à Lionel Antoni une carte blanche

pour porter son regard sur son territoire et son inscription dans ce que l’on appelle désormais la
« rurbanité ». 

 

Lionel Antoni témoigne depuis longtemps de l’attention qu’il porte aux territoires comme espaces habités (urbanisme, relation avec les habitants, ruralité...).

 

Il s’est immergé dans la vie du village— fréquentant bistrot, petits commerces, manifestations festives, exploitations agricoles, bois et forêts — du printemps 2016 à l’hiver 2017.

 

 

En regard de ce travail photographique, vingt-et-un écrivains reçus ces dernières années à

Vert-le-Grand à l’occasion d’actions culturelles telles que résidences d’écrivains,

« Paroles d’auteur(e)s », cycle sur la nouvelle, prolongent avec des textes personnels le travail

du photographe et la réflexion à porter sur un village à 38 km de Paris, “si loin, si proche”.

 

 

Textes de :
Françoise Ascal, Joëlle Cuvilliez, Bruno Doucey, Sylvie Dubin, Frédérique Germanaud, Jacques Jouet, Alain Kewes, Marie-Hélène Lafon, Corinne Le Lepvrier, Hélène Mauduit, Isabelle Pinçon, Jacques-François Piquet, Sabine Revillet, Benoît Richter, Cécile Riou, Marc Roger, Marcelline Roux, Bertrand Runtz, Franck Senaud, Michel Séonnet,

Christiane Veschambre

 

 

 





Nouveauté 

Mon Oncle (est un génie...) // Corentin Fohlen 

Pourquoi un livre sur Mon Oncle... ? Parce qu’il est à la fois artiste, ingénieur, philosophe, fou-dingue mais doux-réaliste, Mon Oncle est un génie !

 

Photographe, journaliste, documentariste et artiste depuis 2004, habitué aux drames humains survenant aux quatre coins de la planète, Corentin Fohlen parcoure le monde pour raconter les failles de l’Homme.

Mais voilà, il a découvert en la personne de son oncle une faille, de celle qui laisse passer la lumière. Cet oncle est à la fois unique et universel : il est ce que chacun de nous aimerait pouvoir être s’il était entièrement libre, détaché des conventions sociales. Après des années à le photographier dans son quotidien et dans leurs échanges, Corentin Fohlen a décidé de réaliser non pas un livre regroupant ce travail photographique, mais d’y consacrer un véritable objet créatif, subtilement généreux, artistiquement à la hauteur de la complexité de son oncle.

Ce nouveau projet est unique dans le parcours professionnel et personnel de Corentin Fohlen. Même s’il a toujours photographié ses proches, amis, amour et famille – du moins depuis qu’il sait faire fonctionner un appareil photo – son oncle, dont il est proche depuis longtemps, devient peu à peu une véritable source d’inspiration. Cet “oncle chéri”, ce père fantasmé, ami et confident sincère qui le terrifiait parfois enfant, le passionne.

“À l’adolescence je me suis rapproché de lui. On a commencé à partager l’amour de la musique et de l’humour glacial. Et puis il est devenu l’adolescent qu’il n’a pu être dans une famille catholique étriquée et conservatrice. J’ai vu alors mon oncle d’une cinquantaine d’année rajeunir, passer de pro-Sarkozyste à fan de Mélenchon, un cro-magnon se revendiquer féministe, s’abonner à Causette, découvrir les soirées parisiennes underground et tester son premier acide. Lui le patron-entrepreneur embrasser la cause des Gilets Jaunes. Un homme solide devenir sensible...” Il a vu son oncle devenir ce qu’il a toujours été au fond de lui. C’est au tout début des années 2010 quand Corentin commence à le photographier. D’abord machinalement, et puis de plus en plus en le voyant comme un Personnage. Il devenait MON ONCLE ! Clin d’œil facétieux au personnage maladroit et poétique de Jacques Tati. Au-delà de raconter l’amour et l’admiration que l’auteur porte à cet homme hors du commun - “l’original de la famille” -, il s’agit ici de narrer les aventures d’un véritable démiurge fascinant, un être fantastique. Inspirant. Libre. A l’opposé des conventions.