Based on a true story, Arno Brignon


La réflexion sur le « territoire » est intimement liée à la notion de patrimoine. Mais plus tenue encore, à la notion d’héritage : que m’ont légué mes racines, si profondément ancrées sous terre ? Puis-je adopter cette terre que je décide d’explorer ? Et mon empreinte la transformera-t-elle en retour… ?

 

C’est dans un curieux voyage, et avec cette question en suspens, que nous invite Arno Brignon.

 

Based on a true story - basé sur une histoire vraie - est un travail réalisé dans le cadre d’une résidence photographique. Presque sous contrainte, presque avec douleur : deux mois sur place, loin de tout et surtout des siens, dans une région isolée où le mythe fait loi, quasi inconnue, quasi hostile. Il fait de sa technique - le sténopé - et de sa recherche d’archives photographiques sur ce territoire un moyen d’apprivoiser chaque rencontre. Mais ce n’est qu’un support. Il prend les gens au piège, les fixant pour une nouvelle éternité, nous permettant de découvrir un monde sensible, étrange, mélancolique – nostalgique ? - qui nous rappelle les contes de notre enfance. Ici, les bois sont hantés… nous dit Arno Brignon dans le texte qui relate en temps réel un road trip immobile : les villageois dansent autour du feu, le chasseur n’est pas loin, l’ogre nous épie, la chèvre échappe au loup, le petit poucet tente de sortir de cette forêt, et son petit chaperon est bleu… Car c’est bien de l’enfance dont nous parle Arno Brignon, avec une tendresse infinie, car elles sont là, nos racines, il est là, notre territoire, dans cette enfance que nous ne pourrions voir sans lui. Peu importe d’où nous venons et peu importe où nous sommes…

 

Une fois passé les routes, une fois rencontré ces visages, dégagé les fougères denses, une fois avancé dans la nuit, traversé les collines, nagé dans l’eau fraîche des cascades cachées, une fois m’être perdu dans la forêt, une fois longé ses routes sinueuses et une fois trouvé la clairière… c’est moi que je retrouve… Cet enfant que je suis encore, qui craint que le loup ne le dévore, mais qui sait que les petits cailloux ont été semés…





Based on a true story, Arno Brignon

Disponible à partir du 8 novembre 2016, en précommande à ce jour.

Offre de pré-commande :

• pour les dix premières commandes, signature de l'auteur et frais de port offerts, 

• Pour les 40 commandes suivantes, frais de port offerts !

40,00 €

  • disponible
  • 3 à 5 jours de délai de livraison

Bio de l'Auteur /

Arno Brignon est né en 1976 à Paris. Il vit à Toulouse. En 2010, diplômé de l’ETPA (Gd Prix du Jury), il quitte son métier d’éducateur dans les quartier sensibles pour se consacrer entièrement à la photographie.

Il articule son travail entre reportages, recherches personnelles

et enseignement aux Ateliers de Photographie St Cyprien. Il mène également des actions éducatives auprès de différents public et institutions . Il rejoint l’agence Signatures, Maison de photographes en 2013, collabore régulièrement avec la presse Nationale et Internationale et aime travailler en résidence (L'oeil Urbain,

Art visuel en Couserans...). Ces travaux sont exposés en France

(BNF, Le château d'eau, Photomed, Manifesto...) et à l’étranger (Beyrouth, Athènes, Guernesey, Rabat...).

 

/

 

 

Extrait /

11 décembre 2015. Une semaine que je suis là, les rencontres et rendez-vous avec les associations et structures du territoire avec lesquelles je vais travailler m’occupent toute la journée.

Le Couserans est immense, je passe au moins deux heures par jour sur les routes. À chaque virage, un sentiment d’émerveillement :

la nature est magnifique, variée. J’ai pris mes sténopés pour les tester durant ces quinze jours de reconnaissance. Quelquefois je m’arrête pour faire une photo, mais le rythme des journées est trop soutenu pour avoir le temps de se poser.

Aujourd’hui, je n’ai pas pris de rendez-vous. Je veux aller marcher, rencontrer enfin cettemontagne, cette nature qui m’attire tant.

Il fait étonnamment doux pour un jour de décembre. Je veux aller dans la vallée de Salau, au bout de la route.

Ici, c’est la première chose qui m’a frappé, les routes ont une fin. Volontairement, je ne prends pas le chemin le plus court

pour y arriver...

 

/